Quatre mains – 26

Quatre mains, une séquence – 26

Pour chaque séquence d’enchères, indiquez laquelle (ou lesquelles) des quatre mains de Sud peut correspondre.

ONES
1♠
-1SA-3

main n° 1

Sud
  • ARV54
  • RDV54
  • D2
  • 6

main n° 2

Sud
  • ADV54
  • RDV4
  • 4
  • AD2

main n° 3

Sud
  • ADV962
  • RDV105
  • 5
  • 5

main n° 4

Sud
  • ARD54
  • ADV85
  • AD
  • 5

Sur une réponse au palier de 1, les bicolores à saut de l’ouvreur sont des enchères très fortes puisqu’elles imposent la manche à un partenaire qui peut n’avoir que 5 ou 6 points H. Il faut donc un minimum de 19 points H (18 très beaux).

Notre main 1 est donc trop faible : il faut se contenter de 2, bicolore économique ambigu. On aurait pu jumper à 3 sur une réponse au palier de 2.
La 3 s’exprimera mieux par une redemande à 4, qui montre bien qu’on exclut de jouer 3SA.
La 4 était trop forte pour être ouverte de 1♠. Elle justifiait le traitement artificiel 2♣ suivi de 3SA – suivez ce lien.
Notre gagnante est donc la 2 et, non, dans le système standard, l’enchère ne promet pas un 5-5 (à moins de jouer la séquence 1♠ 1SA 2SA artificielle et forcing, ce qui est sûrement une bonne idée).

ONES
1-1
-1SA-3

main n° 1

Sud
  • 5
  • AV98542
  • R54
  • 63

main n° 2

Sud
  • 84
  • RDV954
  • 87
  • R42

main n° 3

Sud
  • 8
  • R98743
  • AR2
  • AR4

main n° 4

Sud
  • 8
  • RD10875
  • AD2
  • AV4

Par inférence de l’utilisation de relais à 2♣ sur la redemande à 1SA (Roudi, Ping-Pong, Double 2…), cette séquence est devenue forcing. Elle décrit donc six cartes et au moins un espoir de chelem (sans lequel il suffirait de conclure à 4, l’ouvreur ayant promis au moins deux cartes à Cœur). Quand on joue un bon Roudi (suivez ce lien), on peut même fignoler et exiger ici une bonne couleur (notre main 4). Du coup, avec la 3, on transite par un Roudi avant de dire 3.
On fera également un Roudi avec la 2, suivi de 2 sur 2, de 4 sur 2♠ et de passe ou 4 sur 2, selon son tempérament !
Avec la 1, essayer 4 au nom des sept cartes semble être un pari raisonnable.

ONES
1♣11♠3

Est-Ouest vulnérables

main n° 1

Sud
  • 7
  • V875
  • 98742
  • 632

main n° 2

Sud
  • 8
  • RD54
  • 6432
  • 7432

main n° 3

Sud
  • D7
  • 9875
  • D94
  • R963

main n° 4

Sud
  • 87
  • V8754
  • RD2
  • V87

Tous les soutiens à saut d’une intervention à la couleur sont des barrages, mais « barrage » ne veut pas dire « nul » ! « Barrage » veut dire « je fais beaucoup plus de levées dans notre atout que dans le leur », pas « je ne fais des levées nulle part » !
Si vous dites 3 avec la 1, vous allez peut-être gêner Est-Ouest, c’est possible… mais, ce qui est sûr, c’est que vous allez gêner Nord !! Et que, s’il monte trop haut à l’atout Cœur, que ce soit en attaque ou en défense, il sera en droit de vous en vouloir ! Perdez cette fâcheuse habitude qu’ont beaucoup de joueurs de vouloir tout faire tout seul. Essayez d’annoncer proprement votre jeu, laissez votre partenaire exercer son (excellent) jugement et laissez vos adversaires faire leurs propres âneries, tâche dont ils s’acquittent le plus souvent avec une remarquable régularité ! 🙂
Bon, d’accord, si vous jouez avec votre acariâtre belle-mère contre Bessis-Volcker, vous pouvez dire 3
La main 2 est juste parfaite : plein de levées à l’atout Cœur, rien pour faire chuter 7♠ en EO.
La main 3 est trop plate et trop bourrée de petits honneurs défensifs. Contentez-vous de 2, en dépit du neuvième atout, qui n’est pas un argument suffisant pour se retrouver au palier de 3.
Pour les mêmes raisons, la main 4 ne justifie clairement pas un barrage à 4. Diminuez donc votre calcul de sécurité distributionnelle d’un cran et dites également 3. Bien entendu, il sera hors de question d’en dire 4 au tour suivant. Ce serait une double bêtise (tant qu’à faire, faites-la tout de suite sur 1♠ !).

ONES
1♠3♣-3

Tous vulnérables.
3♣ : bicolore rouge.

main n° 1

Sud
  • D52
  • 54
  • 8
  • DV98542

main n° 2

Sud
  • DV75
  • R4
  • 87
  • 98754

main n° 3

Sud
  • 87542
  • D96
  • R42
  • 76

main n° 4

Sud
  • DV54
  • 875
  • 963
  • D96

Sur cette séquence, il faut remarquer que ce n’est pas vous qui dites 3, mais votre partenaire, qui vous a obligé à dire 3 ou 3, a minima. Votre enchère n’a donc rien à voir avec un soutien. C’est une simple préférence qui ne promet rien et surtout pas un fit ! Il y a tout de même des règles pour choisir entre 3 et 3 quand on est faible. A inégalité de longueur, la plus longue (3 avec la 1 – passer est totalement hors de question ! Votre partenaire peut avoir un 6-6 et la manche dans la main), avec deux fits, la majeure (3 avec la 4) mais, avec deux doubletons (ou deux singletons… le cas des deux chicanes est plus rare ! 🙂 , on nomme la plus économique (3 avec la 2).
La 3 est beaucoup trop belle, avec ses deux couvrantes, pour se contenter d’une simple préférence. En face d’un partenaire sérieux, il faut dire 4, en pensant faire dix levées rouges (au pire sur une impasse contre l’ouvreur).

Si vous n’avez pas trouvé la bonne réponse avec ces quatre mains, n’hésitez pas à suivre le lien suivant.

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Seulement 40 € par an !
Soit à peine plus de 3 € par mois.

Accédez à tous les contenus d'Amour du Bridge en illimité.

Renouvellement automatique et sécurisé !

Professeur agréé par la F.F.B, Marc Kerlero enseigne le bridge depuis 1980. Il est l'auteur de 15 ouvrages, dont plusieurs best-sellers et a été rédacteur en chef d'Objectif 13 puis de Bridgerama. Il collabore aujourd'hui aussi à Jouer Bridge. Il a été champion d'Europe junior en 1984, vice-champion de France de division nationale I en 2004, champion de France de division nationale II par quatre en 2014 et vainqueur de la Coupe de France en 2019.