Quatre mains – 33

Quatre mains, une séquence – 33

Pour chaque séquence d’enchères, indiquez laquelle (ou lesquelles) des quatre mains de Sud peut correspondre.

ONES
1
-1♠-2

main n° 1

Sud
  • D4
  • RD54
  • AV963
  • 52

main n° 2

Sud
  • 5
  • RV54
  • AV963
  • R105

main n° 3

Sud
  • D2
  • RV2
  • D96432
  • AV

main n° 4

Sud
  • A8
  • 6
  • ADV962
  • D963

Avec la main 1, 5422, distribution dite semi-régulière, dont la couleur quatrième n’est pas annonçable en redemande, il faut privilégier 1SA à la répétition de la mineure d’ouverture quand on est en zone 12-14. En zone 15-16 et la même distribution, on aurait ouvert de 1SA. Cette redemande à 1SA permettra au partenaire, entre autres, de répéter des Piques seulement cinquièmes sans craindre de tomber sur un singleton chez nous.

Avec la main 2, en revanche, il faut dire 2 pour décrire la distribution irrégulière. A remarquer qu’il vaut mieux disposer d’une réponse sur les ouvertures mineures pour indiquer 5 Piques et 4 Cœurs et 8-10 H environ (1♣ 2♣ ou 1 2 en ce qui me concerne – suivez ce lien – ou 1♣/1 2 pour d’autres). Ainsi, on n’a pas peur de rater un fit 4-4 à Cœur, sauf si le partenaire est très faible (et, dans ce cas, ce n’est pas très grave).

Avec la main 3, beaucoup de joueurs disent 1SA car les Carreaux sont moches. Je pense que c’est une erreur car, plus ils sont moches, plus ils sont difficiles à affranchir à Sans-Atout. Certes, on ouvrirait de 1SA avec 2 ou 3 points de plus, mais ce serait pour éviter un problème de redemande, alors qu’il n’y en a aucun en zone 1. 2 va donc très bien.

La main 4 est bicolore, pas unicolore. Vous ignorez tout de la main de votre partenaire, alors décrivez la vôtre proprement en disant 2♣. Le bon contrat est peut-être 7♣ !

ONES
1♠
-1SA-2

main n° 1

Sud
  • ARV754
  • 5
  • AD52
  • 32

main n° 2

Sud
  • ADV85
  • RD2
  • RV4
  • 63

main n° 3

Sud
  • AR542
  • 5
  • RD54
  • AR2

main n° 4

Sud
  • AD854
  • A2
  • RDV96
  • 5

Comme précédemment, il faut traiter la main 1, 6-4, comme un bicolore (2) et non comme un unicolore (2♠). De façon surprenante, dire 2 permettra plus facilement de découvrir un éventuel contrat de 4♠, si le partenaire a 2 cartes à Pique et de bons honneurs de complément. Soit s’il soutient à 3, soit même s’il fait une préférence à 2♠ (on dira 3♠ dans les deux cas et il pourra juger sa main).

Avec la main 2, tout dépend de la valeur que vous accordez à l’enchère de 2SA. Si, comme moi, vous la jouez forcing (18 et +, pas forcément régulière), vous devez transiter par un faux bicolore dans la première mineure troisième (2, ici) dans la zone 15-17 (voire 14-17 si vous jouez 1♠ 1SA jusqu’à 11, inférence des 2/1 FM).

Avec la 3, il faut imposer la manche et 2, non forcing, ne convient pas. Soit vous jumpez à 3, soit vous utilisez ce 2SA forcing dont je viens de vous parler (si le partenaire relaie à 3♣, vous direz 3 pour montrer votre bicolore 5-4. Par inférence, un saut à 3 sur 1SA promet un beau 5-5).

La 4 est belle… mais pas assez belle pour forcer à la manche en jumpant à 3. 2, bicolore économique ambigu en force – 12-17/18 H), suffit pour l’instant. Si le partenaire ne passe pas, on dira 3 au tour suivant pour décrire le 5-5 de zone 2.

ONES
1♠
-2♣-2

main n° 1

Sud
  • ARV754
  • 5
  • AD52
  • 32

main n° 2

Sud
  • ADV85
  • RD2
  • RV4
  • 63

main n° 3

Sud
  • AR542
  • 5
  • RD54
  • AR2

main n° 4

Sud
  • AD854
  • A2
  • RDV96
  • 5

Le changement de couleur au palier de 2 modifie évidemment les choses, qu’on le joue auto-forcing ou forcing de manche.

Si rien ne change pour la 1 (2 obligatoire), il n’en est plus de même pour les trois autres.

Avec la 2, on peut maintenant déclarer 2SA (régulier, 15-17).

Avec la 3, 2 suffit puisque l’enchère est devenue forcing. On soutiendra les Trèfles au troisième tour quoi qu’il arrive pour choisir la meilleure manche ou, plus probablement, le meilleur chelem.

Avec la 4, le jump à 3 « inutile » * est maintenant adapté puisqu’il montre ici un beau bicolore 5-5 d’au moins 16-17 H (et non plus 18/19 et plus comme sur une réponse au palier de 1).

* pas inutile en lui-même, mais qu’il faut entendre « inutile pour rendre la séquence forcing ».

ONES
11♠-2

main n° 1

Sud
  • A54
  • RD2
  • 632
  • D963

main n° 2

Sud
  • AV42
  • 54
  • A963
  • 632

main n° 3

Sud
  • 5
  • ARV54
  • 632
  • AV96

main n° 4

Sud
  • A2
  • AR54
  • 632
  • D963

D’après le SEF, ce cue-bid s’emploie 98 % du temps avec un fit de trois cartes et un minimum de 11 DH : la main typique est notre n° 1.
Dans les 2 % qui restent, il s’agit de main régulières d’au moins 13 H sans arrêt dans la couleur adverse : notre main 4, qui correspondrait à une réponse naturelle de 2SA (13-14 H) si l’adversaire avait ouvert de 1♣ ou de 1. Rappelons qu’il n’existe pas de 2SA fitté en réponse à une intervention quand le partenaire de l’ouvreur passe et que la réponse de 1SA couvre la zone 9-12 avec ou sans arrêt dans la couleur adverse.

Je ne suis pas d’accord du tout avec cette exception et je l’ai déjà expliqué à de nombreuses reprises sur ce site. Il me semble indispensable de convenir que ce cue-bid est fitté dans 100 % des cas. D’une part, ça évite à l’intervenant de se décrire au seul bénéfice des adversaires quand il peut conclure à 4♠ (ou freiner à 2♠ avec une intervention faible) et, d’autre part, ça simplifie sa décision si l’ouvreur reparle. Par inférence, avec la main 4, je dis 2♣, forcing. Il manque un Trèfle ? Oui, c’est vrai. Et alors, est-ce si grave ? D’ailleurs, on répond bien 2♣ quand le partenaire ouvre de 1♠, non ? Ce « mensonge » sur la longueur d’une mineure qui ne sera presque jamais l’atout final me semble bien moins grave que celui qui consiste à laisser planer un doute sur l’existence ou non d’un fit majeur dans la ligne !

Avec la 2, c’est le cue-bid à saut à 3 qui exprime la main « limite » avec 4 atouts.

Avec la 3, on déclare 2 depuis qu’on a décidé de jouer les changements de couleur 2/1 forcing un tour en réponse à une intervention (il y a 20 ou 25 ans, 2 était non forcing et il fallait dire 2 d’abord, puis 3 forcing au tour suivant, pour finir dans la luzerne (ou pire 🙂 ) quand le partenaire était faible et misfitté).

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Seulement 40 € par an !
Soit à peine plus de 3 € par mois.

Accédez à tous les contenus d'Amour du Bridge en illimité.

Renouvellement automatique et sécurisé !

Professeur agréé par la F.F.B, Marc Kerlero enseigne le bridge depuis 1980. Il est l'auteur de 15 ouvrages, dont plusieurs best-sellers et a été rédacteur en chef d'Objectif 13 puis de Bridgerama. Il a collaboré aussi à Jouer Bridge. Il a été champion d'Europe junior en 1984, vice-champion de France de division nationale I en 2004, champion de France de division nationale II par quatre en 2014 et vainqueur de la Coupe de France en 2019.