Quatre mains – 31

Quatre mains, une séquence – 31

Pour chaque séquence d’enchères, indiquez laquelle (ou lesquelles) des quatre mains de Sud peut correspondre.

ONES
1♠24♠X

main n° 1

Sud
  • RV4
  • A54
  • 63
  • R9632

main n° 2

Sud
  • 82
  • AD96
  • D75
  • RV42

main n° 3

Sud
  • 9
  • RV1054
  • D4
  • A9652

main n° 4

Sud
  • AR2
  • A874
  • 6
  • 87542

Nous en avons souvent parlé sur ce site, mais une petite dose de rappel ne peut pas faire de mal. Lorsque vos adversaires déclarent une manche à la couleur en deux coups de cuiller à pot, sans vous avoir laissé le temps de vous exprimer précisément, les contres sont optionnels : ni purement d’appel, ni punitifs. Ils laissent le choix au partenaire entre passer et surenchérir, en fonction principalement de sa distribution (et peu de sa force). Ils acceptent donc que le partenaire l’enlève. Si on veut à tout prix jouer 4♠ contré, il faut passer… et espérer que le partenaire réveille par Contre.

C’est ce qu’il faut faire avec la main 4 et la main 1. La chute à 4♠ est quasi-certaine, mais il est quasi-certain aussi que, si vous contrez, votre partenaire, très court à Pique, va dégager. Vous devez donc vous résoudre à passer. Oui, je sais, c’est dur… mais dites-vous bien que, contre des adversaires sains d’esprit, vous aurez très rarement ces jeux. En revanche, vous aurez souvent la main n° 2, avec laquelle vous sentez bien qu’il faut faire quelque chose, mais quoi ? 5 tout seul ? La crème renversée est probable, surtout si Nord a le même doubleton Pique que vous. En revanche, le contre optionnel fonctionne très bien : si votre partenaire passe avec son 6322, parfait. S’il enlève avec sept Carreaux ou un bicolore, parfait aussi.

Avec la main 3, on n’a pas trop envie de jouer 4♠ contré. Le mieux est sans doute de dire 4SA, enchère qui peut difficilement être un Blackwood dans ce contexte (et on ne parle pas de quantitatif !). Elle montre le désir de surenchérir, mais sans trop savoir dans quelle couleur.

ONES
1♣1♠X

main n° 1

Sud
  • 6
  • RV4
  • V9854
  • A632

main n° 2

Sud
  • 9
  • RV875
  • D875
  • 632

main n° 3

Sud
  • A2
  • RV54
  • AD963
  • 63

main n° 4

Sud
  • AD42
  • V875
  • RD2
  • V4

Ce contre « Spoutnik » est d’appel depuis… 1957, date de son invention par des américains facétieux (on est en pleine guerre froide et Spoutnik veut dire « satellite » en russe) et, depuis 1957, il garantit formellement quatre cartes à Cœur ! L’expression « Spoutnik généralisé » signifie qu’on a étendu le principe du contre non punitif à toutes les interventions à la couleur (et pas seulement 1♠, comme en 1957), pas qu’on peut contrer l’intervention à 1♠ sans Cœurs.

Exit donc la main n° 1, avec laquelle il faut soit se résoudre à passer (bof), soit à soutenir à 2♣, bien qu’il n’y ait que quatre atouts. De toute façon, n’ayez crainte, on ne jouera jamais 2♣ et l’enchère vous place en bonne position si l’ouvreur a de vrais Trèfles. Pouvoir agir ainsi est une des raisons pour lesquelles je ne joue pas le Rodrigue (suivez ce lien).

Exit aussi la 3 : priorité à la longue ! Vous devez répondre 2. Si l’ouvreur a quatre Cœurs, il le dira (non, ce ne sera pas un bicolore cher).

En revanche, les deux autres conviennent parfaitement : priorité à l’annonce d’une majeure sur les Sans-Atout avec la main 4 et, avec la main 2, le petit manque en points H est largement compensé par la courte à Pique et le cinquième Cœur.

ONES
1♣1♠1SAX

main n° 1

Sud
  • D2
  • RV54
  • 8542
  • D96

main n° 2

Sud
  • 6
  • DV1085
  • AV1096
  • 63

main n° 3

Sud
  • D4
  • AV3
  • V1063
  • DV108

main n° 4

Sud
  • V2
  • R6542
  • RV643
  • 6

La règle générale concernant le contre de l’enchère de 1SA est qu’il est punitif, ce qui correspondrait à notre main 3, avec laquelle on voit mal comment 1SA pourrait gagner en face d’un partenaire sérieux.

Mais, là encore, on ne construit pas un système pour jouer contre des fous furieux qui se mettraient spontanément à 500 contre rien ! Si Est a dit 1SA librement, c’est qu’il pense gagner 1SA car il sait que son camp est majoritaire. Dans la vraie vie, vous ne devriez donc jamais avoir ce jeu et il semble plus logique de donner à ce contre une signification d’appel pour les couleurs restantes, mais avec laquelle (ou lesquelles) des trois restantes ?

Certainement pas avec la 2 dont le triste assortiment ne laisse aucun espoir raisonnable. N’oubliez pas que, jusqu’à preuve du contraire, vos adversaires ne sont pas fittés… et que donc, fort probablement, vous non plus ! Nord est grand favori pour contempler 8-10 points 5332 et, non seulement vous ne gagnez rien au palier de 2 mais vous risqueriez fort de terminer dans un horrible contrat à sept atouts qu’Est-Ouest, majoritaires et qui le savent, n’hésiteront pas à contrer.

On n’emploiera donc cette enchère qu’avec un bicolore 5-5. La 2 est assez rassurante avec ses deux couleurs solides qui nous mettent probablement à l’abri d’un contre punitif sanglant, dans l’hypothèse pessimiste où Nord serait 5-2-2-4. Contrer avec la 4 est beaucoup plus sportif. Non vulnérable et par paires, on se laissera souvent aller. Sinon, question de tempérament : les associés de l’autre salle sont-ils du genre à ne pas broncher quand ils annoncent, à l’heure des comptes : « 120 pour nous » et que vous leur répondez piteusement : « 800 pour eux » ? Si non, mieux vaut vous abstenir !

ONES
1SA--
2♠--X

main n° 1

Sud
  • 6
  • AV54
  • 87542
  • V105

main n° 2

Sud
  • DV96
  • A5
  • 9854
  • 963

main n° 3

Sud
  • 854
  • R1054
  • 5
  • DV963

main n° 4

Sud
  • 82
  • RV54
  • D963
  • 632

Commençons par la main 2. Certes, il est assez probable que 2♠ chute… encore que, vos atouts étant « soumis » (placés avant la longue adverse), ce ne soit absolument pas certain. Et puis, à quoi bon ? Vous n’aviez comme ambition que de scorer 90 ou 120 à 1SA. Si 2♠ chute, vous marquerez au moins autant, probablement, alors pourquoi risquer de décaisser 470 ou 670 de temps en temps, voire de permettre à Est de dégager dans un meilleur contrat ? Passez et prenez ce qu’on vous donne.

Ce contre est donc d’appel, basé sur quelques points (6-7 environ) et l’envie de défendre la partielle. Mais, comme vous n’avez aucune assurance de trouver un fit d’après la séquence adverse (ce n’est pas du tout comme si Nord-Sud s’étaient fittés à Pique), il faut vous appuyer sur une bonne distribution et donc une courte à Pique. La main 1 est parfaite, la 4 extrêmement douteuse (vaguement acceptable vert contre vert et en tournoi par paires) et, avec la 3, si vous contrez et finissez à 3 en 4-1, il ne faudra pas venir vous plaindre ! Il faut passer et compter sur vos honneurs et/ou votre singleton pour battre 2♠. Si vraiment vous ne supportez pas le vert de vos cartons Passe, réveillez par 3♣, mais bon, SGDG !

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Seulement 40 € par an !
Soit à peine plus de 3 € par mois.

Accédez à tous les contenus d'Amour du Bridge en illimité.

Renouvellement automatique et sécurisé !

Professeur agréé par la F.F.B, Marc Kerlero enseigne le bridge depuis 1980. Il est l'auteur de 15 ouvrages, dont plusieurs best-sellers et a été rédacteur en chef d'Objectif 13 puis de Bridgerama. Il a collaboré aussi à Jouer Bridge. Il a été champion d'Europe junior en 1984, vice-champion de France de division nationale I en 2004, champion de France de division nationale II par quatre en 2014 et vainqueur de la Coupe de France en 2019.