Quatre mains – 28

Quatre mains, une séquence – 28

Pour chaque séquence d’enchères, indiquez laquelle (ou lesquelles) des quatre mains de Sud peut correspondre.

ONES
1SA-2♣
-2♠-4

main n° 1

Sud
  • 8
  • AD54
  • ADV10842
  • 6

main n° 2

Sud
  • RV54
  • 82
  • AD874
  • A4

main n° 3

Sud
  • RD54
  • AV54
  • 4
  • RV63

main n° 4

Sud
  • ARV5
  • A95
  • A963
  • 63

Eliminons rapidement la main n° 1, avec laquelle il n’y a aucune raison de brusquer les choses. Il suffit de nommer les Carreaux au palier de 3, quitte à insister ensuite à 4 pour montrer à la fois les ambitions de chelem et imposer l’atout Carreau.

Le saut à 4 est donc clairement destiné à montrer à la fois un fit à Pique et des ambitions de chelem (rappelons qu’un soutien à 3♠ serait non forcing), mais s’agit-il d’un simple contrôle (As, Roi, singleton ou chicane) et, dans ce cas qui dénie le contrôle à Trèfle (main 4) ou montre-t-il quelque chose de précis à Carreau (rencontre à la 2, Splinter à la 3) ? Et, dans ce cas, l’enchère ne déniera pas le contrôle à Trèfle.

Nous allons éliminer la main 4 en appliquant un principe universel : une enchère à saut n’est jamais l’expression d’un contrôle indéterminé. Avec ce jeu, il faut déclarer 3, convention « 2012 ». Il s’agit d’une enchère totalement artificielle qui montre simplement un fit à Pique et des ambitions de chelem, sans autre précision. Elle sert habituellement de déclenchement de contrôles.

Reste à choisir entre les deux autres et là, c’est juste une question d’agrément entre partenaires. L’option la plus souvent choisie (et qui est celle du SEF) est de jouer les Splinters (main 3). Le message est alors le suivant : « j’ai une courte à Carreau et, si tu n’as pas trop de points perdus dans mon singleton, on devrait gagner le chelem ». Rappelons que les meilleures teneurs chez l’ouvreur sont « rien » ou « l’As blanc » et les pires « Roi-Dame » et « Roi-Valet ».
D’autres experts préfèrent jouer les enchères de rencontre (main 2). Le message est alors : « j’ai une longue à Carreau. Si tu y possèdes un complément, nos deux jeux vont bien se compléter et on devrait faire le chelem ».

L’idéal serait de pouvoir faire les deux et annoncer soit la courte, soit la longue annexe… réponse bientôt, dans une des prochaines vidéos consacrées à l’ouverture de 1SA 🙂

ONES
1-1♠
-3-4

main n° 1

Sud
  • ADV65
  • 5
  • AR652
  • 62

main n° 2

Sud
  • AR542
  • D5
  • A542
  • 63

main n° 3

Sud
  • DV54
  • -
  • AV109654
  • 63

main n° 4

Sud
  • DV654
  • DV6
  • AR98
  • 2

Dans cette situation, on estime qu’il est plus utile d’attribuer aux enchères de 4♣ et 4 la signification de « contrôles avec fit implicite à Cœur » plutôt que de les considérer comme des enchères naturelles. Question de fréquence et d’impossibilité d’exprimer le fit à Cœur économiquement (4 étant évidemment un stop).

Avec la main 1, le mieux est de commencer par dire 3♠, enchère qui, elle, reste naturelle car inférieure à 3SA. Avec la 3, l’enchère raisonnable semble être 5.

Nous allons donc dire 4 avec la 2, mais pas avec la 4 qui contrôle les Trèfles et avec laquelle il faut dire 4♣. Rappelons que lorsqu’on est dans une logique de contrôles, on nomme ces derniers dans l’ordre économique.

ONES
1-1♠
-3♠-4

main n° 1

Sud
  • 8754
  • A2
  • RV963
  • 63

main n° 2

Sud
  • ADV87
  • 87
  • R96
  • A74

main n° 3

Sud
  • A987
  • AR2
  • DV654
  • 4

main n° 4

Sud
  • RD875
  • AR2
  • 6
  • V872

Le piège !
Aucune de ces mains ne correspond à l’enchère de 4 dans un cadre « standard ».
Rappelons tout d’abord que le soutien à 3♠ de l’ouvreur provient d’une main de zone 2 et donc toujours irrégulière (bicolore a priori, parfois tricolore). Avec les mains régulières 12-14, on soutient à 2♠ et, avec les mains régulières 18-19, on soutient à 4♠ (ou à 3SA fitté conventionnel).

Avec la main 1, il suffit donc de conclure à 4♠. Il n’est pas question de jouer la manche à l’atout Carreau, même si le fit dans cette couleur est plus long et plus beau.

Avec la main 2, il faut dire 4♣ : on nomme les contrôles dans l’ordre économique. Si vous dites 4, vous déniez le contrôle à Trèfle et votre partenaire ne dira pas 4 s’il ne contrôle pas les Trèfles. Certes, certains de mes éminents collègues suggèrent de faire parfois une entorse à ce principe, mais je vous déconseille de les suivre sur cette pente hyper-savonneuse car diagnostiquer les séquences où cette exception s’appliquerait de celles où l’on reste dans le cadre classique n’est pas donné au premier mortel venu et, à vouloir agir ainsi sans disposer de plusieurs titres mondiaux sur son CV, on risque de spectaculaires pataquès.

Avec la main 3, on va donc aussi dire 4♣, même s’il est probable qu’on choisira ensuite de jouer le chelem à l’atout Carreau, dans le fit neuvième ou dixième.

Avec la main 4, on va dire 4 car on ne nomme pas les contrôles de courte dans la couleur connue longue du partenaire. S’il possède cinq Carreaux par Roi-Dame, il est vital qu’il sache que 4 provient de l’As (excellent) et non du singleton (médiocre).

ONES
1
-1♠-2
-2♠-4♣

main n° 1

Sud
  • AV5
  • AR54
  • AV963
  • 4

main n° 2

Sud
  • AV5
  • AR54
  • ARV96
  • 4

main n° 3

Sud
  • -
  • AR54
  • RD963
  • ARV4

main n° 4

Sud
  • R2
  • AD96
  • ARD963
  • 6

Parlons d’abord de l’enchère de 2♠. Dans le SEF, cette enchère est quasiment systématique dès que le répondant possède cinq cartes à Pique, qu’il soit faible, moyen ou fort et possède cinq, six ou sept cartes à Pique (mais qu’il ne puisse pas dire 3♠ qui montre à la fois un unicolore très solide et des ambitions de chelem). Je vous avoue DETESTER cette façon de procéder. Pour moi, 2♠ doit promettre SIX cartes à Pique, sauf très exceptionnellement avec un jeu à la fois très faible (5-7 H) et inadapté au 2SA modérateur pour cause de grand misfit pour les couleurs de l’ouvreur. On a alors dans l’idée de passer sur les enchères non forcing de l’ouvreur (2SA, 3 et 3♠, voire 3).
Quoi qu’il en soit, les réponses de l’ouvreur sont à peu près les mêmes pour tout le monde : s’il possède trois cartes à Pique, l’ouvreur doit dire 4♠ s’il est minimum (main 1), ce qui sous-entendra tout de même qu’il possède une courte à Trèfle et 4♣ « Splinter » s’il est maximum (main 2). A noter que le soutien à 3♠ ne s’emploie qu’avec DEUX cartes à Pique dans une main minimum… (ce qui me semble personnellement totalement contradictoire avec le principe de répétition quasiment systématique avec cinq cartes et peut nous conduire droit vers des 4♠ idiots en 5-2 ou à jouer 3SA de la mauvaise main quand l’ouvreur est 2452).
Avec la main 3, on peut discuter entre 3♣ et 3SA, ma préférence allant vers 3SA car 3♣ est plus utile comme enchère artificielle « poubelle » signifiant : « je suis maximum mais je ne sais pas trop quoi dire ». On l’emploierait avec notre main 4, trop forte pour 3 non forcing, inadaptée aux enchères de 4♣ et de 4♠, faute du troisième atout et pas non plus désireuse de dépasser 3SA en disant 4.

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Seulement 40 € par an !
Soit à peine plus de 3 € par mois.

Accédez à tous les contenus d'Amour du Bridge en illimité.

Renouvellement automatique et sécurisé !

Professeur agréé par la F.F.B, Marc Kerlero enseigne le bridge depuis 1980. Il est l'auteur de 15 ouvrages, dont plusieurs best-sellers et a été rédacteur en chef d'Objectif 13 puis de Bridgerama. Il a collaboré aussi à Jouer Bridge. Il a été champion d'Europe junior en 1984, vice-champion de France de division nationale I en 2004, champion de France de division nationale II par quatre en 2014 et vainqueur de la Coupe de France en 2019.