Le Sournois

le Sournois

L’adversaire ouvre de 1SA.

Pour libérer les interventions à 2, 2 et 2♠ et les utiliser avec des mains bicolores (2♣ étant occupé par le Landy), d’aucuns ont eu l’idée d’utiliser le contre avec les mains unicolores.

Dans la théorie, le partenaire est censé relayer le plus souvent à 2♣ et l’intervenant peut maintenant nommer sa couleur (ou passer avec un unicolore à Trèfle).

Je vais essayer de vous démontrer ici que cette convention est la plus mauvaise jamais inventée !

Nous nous plaçons ici dans une logique d’enchères à quatre, très différente des enchères à deux. Or, le principe de base des enchères à quatre est le suivant : le camp qui trouve son fit en premier prend l’avantage sur l’autre en plaçant la barre aussi haut qu’il le peut le plus vite possible.

Exemple :

Ouest
  • RD54
  • 6
  • 987
  • 96432
ONES
11♠X
3♠

La main parfaite pour un soutien barrage : quatre atouts, un singleton, zéro levée de défense. Messieurs les Nord-Sud, désolés, nous avons tiré les premiers ! Il vous reste bien peu de place pour trouver votre fit et surtout découvrir jusqu’où vous pouvez monter.

Dans le Sournois, au lieu d’annoncer sa couleur et donc de permettre à sa ligne de découvrir son fit en premier, le numéro deux rend la balle à l’adversaire de gauche en lui permettant de mentionner la sienne à un palier économique :

Ouest
  • 93
  • RD876
  • 743
  • 963
ONES
1SAX
2

Ouest peut montrer ses cinq cartes à Cœur en utilisant le Texas à 2 (ou déclarer 2 naturel si sa paire a convenu de ne plus jouer les Texas dans cette position).

Comparez avec :

Ouest
  • 93
  • RD876
  • 743
  • 963
ONES
1SA2♠
?

Ici, Ouest est cuit ! Soit il passe et il est bien peu probable que l’ouvreur (qui a tout dit en ouvrant de 1SA) puisse reparler, soit il débarque au palier de 3 (3 Texas si on joue le Rubensohl) mais au risque de jouer un fort mauvais contrat en 5-2 ou même en 5-3 alors que 2♠ chutait peut-être.

Remarquez bien que, si l’on joue les interventions naturelles avec les unicolores (2, 2♠, 3♣ et 3), vous interdisez presque toujours au numéro 3 de nommer sa couleur au palier de 2 (le seul cas où il peut le faire est quand il a les Piques sur l’intervention à 2).

Si vous jouez le Sournois, vous permettez au n°3 de nommer n’importe quelle couleur au palier de 2 (s’ils ont abandonné les Texas). Ne connaissant pas votre couleur, votre partenaire sera dans l’impossibilité de vous soutenir, la parole risque de vous revenir trop haut et, même si ce n’est pas le cas, vous aurez laissé vos adversaires découvrir leur fit.

Comparez :

1085
1093
R108
RD87
943
RD876
7
9632
AD62
AV42
963
A5
RV7
5
ADV542
V104
ONES
1SAX
2-3fin

Sud n’ose plus débarquer.

1085
1093
R108
RD87
943
RD876
7
9632
AD62
AV42
963
A5
RV7
5
ADV542
V104
ONES
1SAX
2-23
--3fin

L’ouvreur peut surenchérir au palier de 3.

1085
1093
R108
RD87
943
RD876
7
9632
AD62
AV42
963
A5
RV7
5
ADV542
V104
ONES
1SA3
fin

Sud cloue le bec à tout le monde !

BILAN

Il est extrêmement négatif.

Je déconseille formellement l’emploi de cette convention. D’ailleurs, je ne connais pas une seule paire de haut niveau qui l’utilise.

Professeur agréé par la F.F.B, Marc Kerlero enseigne le bridge depuis 1980. Il est l'auteur de 14 ouvrages, dont plusieurs best-sellers et a été rédacteur en chef d'Objectif 13 puis de Bridgerama. Il a été champion d'Europe junior en 1984, vice-champion de France de division nationale I en 2004 et champion de France de division nationale II par quatre en 2014.