La main d’en face – 31

La main d’en face – 31

Si vous avez fait les exercices de « la main d’en face 29 », vous savez distinguer un 4SA Blackwood d’un 4SA naturel (si ce n’est pas le cas, commencez par là en suivant ce lien avant de revenir finir cet article).

Mais savez-vous comment on développe sur un 4SA quantitatif ?

Vérifions ça ensemble…

ONES
1SA-
4SA-5♣

Premier principe. Sur un 4SA naturel, on ne répond jamais les As. Les autres enchères que « passe » sont naturelles.

L’ouvreur montre ici une couleur à Trèfle, d’au moins quatre cartes correctes. L’idée est de retrouver un éventuel fit mineur qui nous procurerait une douzième levée plus facilement qu’à Sans-Atout. Bien entendu, la main est maximum (à défaut, on passerait sur 4SA) et la situation est normalement forcing de petit chelem (même s’il n’est pas inconcevable de s’arrêter à 5SA).

Est
  • A2
  • RD94
  • A63
  • RV96

Si le partenaire possède :

Ouest
  • R43
  • A72
  • DV7
  • AD74

Le contrat de 6♣ est tabulaire (on coupe un Pique), alors qu’il faut les Cœurs 3-3 pour gagner 6SA.
La bonne séquence :

ONES
1SA-
4SA-5♣-
6♣fin
ONES
1SA-
4SA-5♣-
5

L’ouvreur a promis quatre cartes à Trèfle en disant 5♣… mais peut-être a-t-il quatre cartes à Carreau aussi ? C’est pourquoi le répondant annonce ses propres quatre cartes à Carreau. Là encore, la séquence est forcing jusqu’à 5SA, au moins.

Ouest
  • R43
  • A72
  • DV74
  • AD7

Si l’ouvreur a, lui aussi, quatre cartes à Carreau, il soutiendra à 6.

ONES
1SA-
4SA-5♣-
5-5SA

Visiblement, l’ouvreur n’a pas de fit à Carreau. Il n’a pas non plus 17 H, avec lesquels il conclurait à 6SA. Il doit avoir 16 points qu’il a jugés assez beaux pour ne pas passer sur 4SA mais qui, sans réel complément à Carreau, ne l’inspirent pas.

Est
  • AD105
  • RD2
  • 87
  • AV96

L’enchère fait donc partie de la catégorie « Ponce Pilate » : je te laisse décider si on joue 6 ou pas. Comme ça, si c’est la mauvaise décision, ce sera ta faute. 🙂

Remarque 1 : dans toutes ces situations, on évite de nommer des couleurs de trop mauvaise qualité. En effet, ce serait un comble de chuter 6♣ parce qu’on a deux atouts à perdre alors qu’on fait 6SA sur les trois autres couleurs.

Remarque 2 : ces enchères sont plus dans l’esprit du match par quatre que du tournoi par paires. En effet, si 6♣ et 6SA gagnent, jouer 6♣ coûte 2 imps… mais peut en rapporter 14 ou 16 si 6♣ gagne et pas 6SA. Par paires, mieux vaut jouer 6SA « comme les autres » et essayer de faire mieux qu’eux à la carte.

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Seulement 40 € par an !
Soit à peine plus de 3 € par mois.

Accédez à tous les contenus d'Amour du Bridge en illimité.

Renouvellement automatique et sécurisé !

Professeur agréé par la F.F.B, Marc Kerlero enseigne le bridge depuis 1980. Il est l'auteur de 15 ouvrages, dont plusieurs best-sellers et a été rédacteur en chef d'Objectif 13 puis de Bridgerama. Il collabore aujourd'hui aussi à Jouer Bridge. Il a été champion d'Europe junior en 1984, vice-champion de France de division nationale I en 2004, champion de France de division nationale II par quatre en 2014 et vainqueur de la Coupe de France en 2019.