La main d’en face – 24

La main d’en face – 24

De nos jours, il existe de nombreuses situations où un joueur peut être amené à décrire une couleur courte (singleton ou chicane), soit en vue d’un chelem à la couleur, soit pour choisir entre 3SA et une manche mineure, soit même pour aider le partenaire à bien décider en cas d’enchères compétitives. Mais encore faut-il bien connaître ces situations et avec quel type de mains on peut utiliser ces séquences.

ONES
1♠-4

Le plus connu des Splinters… mais attention à bien respecter les critères d’utilisation : au moins 5 atouts et, grosso-modo, une petite dizaine de points H et pas de belle couleur longue annexe.

Ce sera l’ouvreur qui décidera ensuite s’il y a lieu de poursuivre vers le chelem ou non.

Est
  • RV963
  • A42
  • 6
  • 9632
ONES
1♠X4

Attention !

Le contre adverse nous fait sortir des enchères à deux pour entrer dans les enchères à quatre, dont la philosophie est totalement différente. Ici, un chelem est devenu très improbable mais une surenchère au palier de 5 des adversaires est à craindre si nous avons un fit très long (et donc, eux aussi). La priorité est maintenant à la découverte des doubles fits, qui augmentent de façon considérable le nombre de levées totales d’une donne et donc le palier jusqu’où on peut aller, à nombre d’atouts égal. L’enchère de 4 n’est donc plus un Splinter mais une enchère de rencontre (jump-fit), décrivant un bicolore de dix cartes (5-5 ou 6 Carreaux et 4 Piques).

Est
  • A10854
  • 62
  • RD963
  • 7
Est
  • RD96
  • -
  • AV9632
  • 963
ONES
1SA-3♣-
3-3SA

D’après la théorie du singleton, cette séquence est dite “impossible”.

Rappelons cette règle fondamentale : en enchères à deux, lorsque la ligne se situe en zone de manche et ne possède pas de fit majeur, on n’envisage les contrats de 5♣ et 5 qu’à l’expresse condition de posséder un (petit) singleton dans au moins une des deux mains. A défaut, on joue 3SA, que l’on tienne toutes les couleurs ou pas.

L’explication de cette règle est assez facile à comprendre. Pour que le contrat de 5♣ (ou de 5) soit plus rentable que celui de 3SA, il faut que le fait de jouer avec un atout apporte trois levées de plus qu’à Sans-Atout (si c’est deux, ça ne change rien). Or, ce phénomène sera rarissime s’il n’y a pas de singleton dans la ligne et la recherche de la “perfection” nous entraînerait à jouer trop souvent des manches mineures sans espoir avec trois petits en face de trois petits dans une couleur, par exemple.

N’oubliez pas que, pour chuter 3SA d’entrée, il faut que les adversaires encaissent les cinq premières levées, ce qui n’a rien d’automatique quand on n’arrête pas une couleur : ils peuvent n’encaisser que quatre levées (pas de longueur cinquième ou blocage) ou se tromper d’entame, surtout si la séquence est rapide et peu révélatrice.

Dans notre séquence, Est est visiblement en zone de manche. Avec un unicolore à Carreau mais pas de singleton, il aurait conclu à 3SA sur 1SA, sans raconter sa vie à la radio.

Avec une main faible, il passerait sur 3 et, avec un espoir de chelem, il ferait une autre enchère que 3SA. Il a donc un singleton et, par convention, celui-ci est situé dans l’autre mineure. Si l’ouvreur n’est pas assez solide à Trèfle pour jouer 3SA, il rectifiera à 5.

Est
  • 854
  • RV5
  • AV9632
  • 5
ONES
1♣
11♠4♣

Nous sommes en enchères à quatre, mais 4♣ est un cue-bid. Il s’agit donc bien cette fois d’un Splinter et non d’une enchère de rencontre. Mais, dans cette situation, sachant qu’il est bien improbable que la ligne Est-Ouest puisse jouer un chelem, le Splinter est surtout destiné à aider le partenaire à prendre sa décision si l’adversaire surenchérit. Il peut donc provenir d’une main un peu plus faible que d’habitude, surtout si la vulnérabilité est favorable.

Est
  • 854
  • AD1052
  • V963
  • 3

En réponse à une ouverture de 1, on aurait répondu 4, la main n’étant alors pas assez forte pour 4♣.

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Seulement 40 € par an !
Soit à peine plus de 3 € par mois.

Accédez à tous les contenus d'Amour du Bridge en illimité.

Renouvellement automatique et sécurisé !

Professeur agréé par la F.F.B, Marc Kerlero enseigne le bridge depuis 1980. Il est l'auteur de 15 ouvrages, dont plusieurs best-sellers et a été rédacteur en chef d'Objectif 13 puis de Bridgerama. Il a été champion d'Europe junior en 1984, vice-champion de France de division nationale I en 2004, champion de France de division nationale II par quatre en 2014 et vainqueur de la Coupe de France en 2019.