Entames de mai 2016 – 1

Entames de mai 2016 – 1

Sud donneur / Nord-Sud vulnérables / tournoi par paires

Ouest
  • 862
  • 863
  • AD1053
  • 95
ONES
-
-1♣1♠-
2♠X-3SA
fin

Avouons tout d’abord que la séquence est un peu surprenante. Moi-même, qui étais en Nord, je me suis demandé ce que Bruno avait pour passer d’abord sur 1♠ puis bondir à 3SA sur mon contre qui promet plus une courte à Pique qu’une main forte. En fait, Bruno a eu peur d’une mésentente sur l’enchère de 2SA (il faut avouer que ce n’est pas clair : naturel ou « choisis ta mineure » ?). Comme nous ne sommes pas encore très fittés, il a choisi l’enchère sans ambiguïté, ce que je peux difficilement lui reprocher… d’autant moins que j’avais 20 points H, lol !

Bref, tout ça, notre adversaire ne le sait pas au moment d’entamer et il est confronté à un réel problème : sa belle couleur cinquième ou la couleur d’intervention du partenaire ?

En ce qui me concerne, j’ai répondu à cette question un beau jour de juillet 1983. Je fais partie de l’équipe de France junior qui dispute le championnat du Marché Commun (c’est là que je rencontrerai pour la première fois mon ami Guy Van Middelem, officiant lui pour la Belgique). Nous jouons la première donne du match contre les Hollandais lorsque Paul Chemla, champion du monde, membre éminent de l’équipe de France open et mis (très) provisoirement sur la touche par son capitaine, vient s’asseoir derrière moi. Impressionnant pour un jeune joueur de 24 ans. Voici ma main et la séquence :

Ouest
  • 8654
  • 2
  • 864
  • AV942
ONES
112SA
-3SAfin

Après quelques secondes de réflexion, je me décide pour l’entame d’un petit Trèfle.

Est
  • 9732
  • RDV109
  • A72
  • 8
Evidemment, l’entame à Trèfle n’est pas un franc succès. Sud prend, déloge l’As de Carreau et réclame dix levées. Sur entame à Cœur, c’est deux de chute.

Je marmonne alors un piteux « excuse-moi, partenaire » lorsque Paul Chemla se tourne vers lui, hilare : « c’est de votre faute, aussi, vous n’aviez qu’à intervenir à 1 ! ». Et, là-dessus, il se lève et va kibitzer le match de l’équipe féminine !

Inutile de vous dire que cette donne m’a littéralement traumatisé et que, depuis, les seuls cas où je n’ai pas entamé dans la couleur d’intervention de mon partenaire à Sans-Atout étaient ceux où j’y avais une chicane.

Nous ne sommes pourtant que quatre sur douze à entamer à Pique… mais les trois autres font partie de mes partenaires ou anciens partenaires : j’ai dû leur transmettre mon traumatisme !

2 de ♠ : 10

Il peut arriver que l’entame Carreau soit bonne mais, si elle tombe mal, le partenaire sera agacé alors qu’il s’est « mouillé »  en intervenant manifestement sans beaucoup de jeu.

2 de ♠ : 8 – Dame de : 2

Respect du partenaire. La tenue ♠ de Sud n’est peut-être pas trop solide pour avoir passé sur l’intervention de mon partenaire et ne pas avoir transformé le contre de l’ouvreur.
L’entame de la Dame de ou du 10 selon l’humeur ne devrait pas valoir une note moyenne.

2 de ♠ : 4 – 5 de  : 4

Pour sauter à 3SA alors qu’il a passé sur 1♠, Sud devrait avoir un (ou deux) arrêt Pique, un complément à Trèfle, et 6/7 H. Cela milite en faveur de l’entame surprise à Carreau. Je ne suis pourtant pas totalement convaincu, d’une part parce que le partenaire n’a peut-être que deux cartes à Carreau, d’autre part parce qu’il a pris la peine d’intervenir à Pique. Dans le doute, j’essaie donc de conserver mon partenaire et j’entame dans sa couleur !

2 de ♠ : 8 – 5 de  : 2

J’adore entamer dans As-Dame cinquièmes… mais la sérénité au sein de la paire passe avant tout. Mes partenaires n’ont pas l’habitude d’intervenir dans des couleurs pourries quand ils n’ont pas de jeu, donc Pique. En match par quatre, je jetterai peut-être un coup d’œil à la ronde et, si Paul Chemla n’est pas dans les parages, peut-être que je laisserais tomber le 5 de Carreau sur la table, par pure inadvertance… mais ce n’est pas sûr (« l’œil était dans la tombe et regardait Caïn ! »). Par paires, franchement, je n’aime pas du tout.

Les deux autres tiers de notre jury n’ont pas ces états d’âme :

Notez la convention joué par Pierre Schmidt et Guy Van Middelem qui, s’ils choisissaient Pique, entameraient du 8 pour dénier un honneur (au lieu d’un classique 2 en pair-impair dans la couleur du partenaire), dès lors qu’ils ont soutenu la couleur pendant les enchères. Ce n’est pas classique, mais c’est une piste intéressante à discuter, même si cela pourra occasionner des ambiguïtés entre trois et quatre cartes.

5 de  : 8 – 2 de ♠ : 2

Les enchères de Sud sont bizarres, il n’a pas dit 1SA ou 2SA sur l’intervention. Je pense qu’il a du jeu et une main irrégulière, peut-être un singleton. Carreau pourrait être la bonne entame.

5 de  : 7 – 2 de ♠ : 3

Sud m’attend avec les Piques. Tentons l’entame « surprise » à Carreau.

5 de : 8 – 6 de  : 2

Enchère bizarre de Sud qui semble avoir le double arrêt à Pique, mais qui pourtant s’est tu au premier tour d’enchères. Qui croire ?

Nord devrait s’amener avec une distribution quasi tricolore ou du moins 1435 et l’entame Carreau a l’avantage de procurer rapidement 4 levées potentielles.

5 de  : 8 – 2 de ♠ : 2 

L’entame à Carreau me semble avoir plus d’avenir que celle à Pique, mais ça se discute.

5 de  : 7 – 8 de ♠ : 3

Ne serait-ce que pour la sérénité dans la paire, il faut respecter les interventions du partenaire, mais ici Sud a du jeu (le x de Nord n’est pas nécessairement fort) et n’a rien dit au 1er tour : il a des Piques très solides. Si j’entame Pique, je choisis, par convention, le 8 (entame « attitude » dans les couleurs fittées) afin que mon partenaire, qui va découvrir une courte au mort, ne joue pas un Roi blanc en 3ème position, par exemple.

L’entame Carreau n’est cependant pas sans risque par paires (peut-être faudrait-il entamer l’As ?), mais comme le règlement m’oblige à entamer, allons-y.

5 de  : 8 – 8 de ♠ : 2

La conclusion de Sud est un peu curieuse : dans un premier temps, il laisse mon partenaire jouer 1♠ (sans jeu ou avec du Pique) et, quand Nord reparle (montrant un supplément de force, je l’admets), Sud plonge à 3SA. Il aurait pu transformer le contre d’appel en punitif (c’était peut-être son intention au palier de 1) ou se contenter de dire 2SA, une enchère légèrement positive. Je suspecte que Sud, refroidi par mon soutien et attiré par la vulnérabilité, flambe un peu, avec un double arrêt Pique et une belle pièce à Trèfle, tout en espérant un peu plus que prévu en Nord. L’entame Pique (ayant montré trois cartes et pas plus, il faut choisir le 8 pour nier un honneur) n’est donc pas très tentante. Mettons nos œufs donc dans le panier des Carreaux.

Deux membres du jury se distinguent non par le choix de la couleur, mais par celui de la carte. Leur analyse est intéressante et imaginative, même si je trouve cette option un peu trop « hors champ » en tournoi par paires.

Dame de  : 8 – 2 de ♠ : 2

Le déclarant a certainement deux arrêts à ♠, et entamer ♠ va lui faciliter la vie (il a probablement un appui à ♣ pour ne pas avoir dit 1SA sur 1♠ et pouvoir ensuite dire 3SA) l’ouvreur a probablement une main avec 5♣ et 4, donc 3 et 1♠. Prenons la chance qu’il ait Rxx à (si le déclarant n’a que le Vx, entamer un petit Carreau serait catastrophique, s’il a xx, on peut même imaginer qu’il ne mettra pas le Roi au deuxième tour si vous rejouez le 10 !)

Dame de  : 10

Je sens bien le Roi troisième au mort et le Valet second en Sud…

RESULTAT des VOTES

5 de  : 52

2 (ou 8) de ♠ : 48

Dame de  : 20

AUTOPSIE :

Voici la donne réelle :

A
RD2
RV97
AR432
862
863
AD1053
95
DV1094
A1054
62
108
R753
V97
84
DV76

L’entame à Carreau choisie par notre adversaire s’avère totalement désastreuse puisque, sur un timing soigneux établissant la deuxième levée de Carreau rapidement, elle laisse le temps à Sud de déloger les deux As rouges : onze levées chez Bruno, 98 % pour Nord-Sud ! Deux de ses homologues se contenteront pourtant de 630 sur la même entame.

Sur entame à Pique (souvent la Dame quand il n’y a pas eu d’intervention et que le coup a été joué par Nord), tous les déclarants se contenteront de dix levées.

A la fin du coup, notre Est était un peu agacé… et comme c’est quelqu’un de sympathique et qui a le sens de l’humour, je n’ai pas pu m’empêcher de lui glisser : « c’est de ta faute, aussi, tu n’avais qu’à intervenir à 1♠ ! ». Si Paul Chemla lit ces lignes, qu’il n’hésite pas à m’écrire pour me réclamer des droits d’auteur, je les lui offrirai volontiers sous forme d’une bonne bouteille à partager…

Professeur agréé par la F.F.B, Marc Kerlero enseigne le bridge depuis 1980. Il est l'auteur de 15 ouvrages, dont plusieurs best-sellers et a été rédacteur en chef d'Objectif 13 puis de Bridgerama. Il collabore aujourd'hui aussi à Jouer Bridge. Il a été champion d'Europe junior en 1984, vice-champion de France de division nationale I en 2004, champion de France de division nationale II par quatre en 2014 et vainqueur de la Coupe de France en 2019.