Entames de mai 2015 – 6

Entames de mai 2015 – 6

Est donneur / Est-Ouest vulnérables / match par quatre

Ouest
  • A532
  • 963
  • 753
  • 762
ONES
-1
-2-2SA
-3SAfin

2SA : 18-19 H réguliers.

L’éternel problème de l’entame sous l’As quatrième à Sans-Atout.

Lorsqu’il y a un autre choix clair (une autre couleur quatrième, par exemple), tout le monde est d’accord pour entamer dans l’autre couleur.

Dans les entames de janvier, problème n°6, nous avions vu un cas où aucune autre alternative ne semblait aguichante. Est-ce le cas ici où deux petits tripletons sont « entamables » ?

Il semblerait que non puisque seuls deux de nos experts partent d’un petit Pique, sans envisager d’ailleurs un autre choix :

2 de ♠ : 10

Mon partenaire a du jeu et n’a pas dit 2 sur 2, ce qu’il aurait pu faire avec simplement cinq cartes correctes sur une séquence de fit adverse, donc pas Cœur. Trèfle ? Bof… Je m’en tiens donc à ma couleur quatrième : il y a plein de positions où il ne faut pas perdre de temps pour affranchir la couleur.

2 de ♠ : 10

Pas d’autre choix pour moi.

Les partisans du tripleton à Trèfle :

7 de ♣ : 4 – 9 de : 3 – 2 de ♠ : 3

Quelle horreur ! Le 4-3-3-3 est un cas où on a le droit d’entamer sous un As quatrième. Pourtant, mon intuition me dit que ça ne doit pas être très bon dans ce cas où le partenaire a du jeu (par nécessité pour battre le contrat) et ne s’est pas manifesté. S’il a une couleur cinquième, c’est probablement les Trèfles, j’entame donc plutôt Trèfle. Sans conviction, je l’avoue…

7 de ♣ : 6 – 9 de : 4

Le partenaire ne s’est pas manifesté après avoir passé, il pourrait bien avoir des Trèfles !

7 de ♣ : 7 – 9 de : 2 – 2 de ♠ : 1

Il y a quelque chose que je ne comprends pas bien dans ce coup : Est, passeur d’entrée, est marqué avec une courte à Carreau (deux cartes au maximum, souvent singleton) et ne s’est pas manifesté sur 2. Il ne doit pas avoir tant de majeure que ça. D’où l’idée, sans doute originale, d’entamer à Trèfle ! Sinon, l’entame à Cœur semble un poil meilleure que l’entame à Pique, cette dernière risquant vraiment trop de livrer la neuvième.

7 de ♣ : 10
(si on m’impose la quatrième meilleure. J’ai l’habitude d’entamer en pair-impair, même à Sans-Atout, donc du 2).

C’est un principe, sinon une religion : quand l’adversaire demande 3SA à partir d’une longue mineure, il est « musclé » dans les majeures. Du coup, j’entame dans l’autre mineure.

Et ceux du tripleton à Cœur :

9 de : 7 – 7 de : 3

Personne ne s’étonnera du nombre de points attribués par moi à l’entame du 2 de ♠ : zéro pointé. Le 9 de est l’entame classique, je pense au 7 de parce qu’Est, qui doit avoir du jeu, n’a pas contré 2.

9 de : 6 – 7 de : 4

Pique est, pour moi et le Chat, absolument exclu avec cette teneur. Entre et ♣, rien de clair : mon partenaire a du jeu et ne s’est pas manifesté (donc plutôt ♣) mais la majeure reste tentante.

9 de : 5 – 2 de ♠ : 4 – 7 de : 1

Je ne suis pas un opposant systématique à l’entame sous un As quatrième mais ici, l’alternative neutre, au vu du manque de reprises extérieures et d’intermédiaires dans la couleur, qui imposent de trouver 4 cartes en face ou la répartition 333 dans les autres mains, semble préférable à une entame à Pique car on ne récupèrera probablement pas souvent la levée et le tempo ainsi filés. Cœur, puisque 4 cartes au mort et 5 cartes chez le déclarant sont exclues est plus judicieux pour espérer toucher une longueur en face sans risquer d’aider le déclarant à manipuler la couleur mais Trèfle a ses mérites car si le partenaire, qui n’est pas intervenu malgré la possession de quelques honneurs, aura plus souvent 4 cartes à Cœur, il est favori, s’il détient une cinquième voire une sixième, pour quelle soit à Trèfle (mort 3253, déclarant 4432 par ex) : par contre, il y a l’inconvénient d’aider souvent le déclarant à compléter ses 9 levées.

9 de : 7 – 7 de : 3

Autant Alain Lévy (que je vénère car il est à la fois un immense champion, un professeur remarquable et un homme bien) n’a pas réussi à m’inculquer son amour des doubletons, autant il m’a clairement transmis sa haine de l’entame sous l’As quatrième, dès lors qu’un deuxième choix est possible. Ici, il y en a deux. Certes, Est aura plus souvent cinq Trèfles que cinq Cœurs, mais le mort n’aura jamais quatre Cœurs et donc mes chances de toucher quatre Cœurs en Est me semblent supérieures à celles de toucher quatre Trèfles. Mon partenaire doit-il contrer 2 avec tous les 4432 de 10-11 points qui se présentent sous prétexte qu’il a passé d’entrée ? Je ne crois pas, surtout s’il joue avec moi qui n’ai jamais, de toute ma vie, laissé joué 2 sur la séquence 1 passe 2 passe passe (j’ai coutume de dire à mes élèves que cette séquence est forcing… pour les adversaires !).

9 de : 6 – 2 de ♠ : 2 – 7 de : 2

Entamer sous un As quatrième est peu productif et la séquence requiert une entame en majeure.

RESULTATS des VOTES

7 de : 40

9 de : 40

2 de ♠ : 30

AUTOPSIE :

Dans la donne réelle, le partenaire avait ♠ DV98 A75 108 ♣ DV109.

La position des Piques était 106 au mort, R74 en Sud.

L’entame à Pique ne filait pas la neuvième car Sud disposait de quatre Carreaux, deux Trèfles (en tête) et trois Cœurs (potentiels), mais condamnait la quatrième levée de Pique de la défense et filait donc le coup.

Sur l’entame du 7 de Trèfle (lisible), le partenaire n’avait aucun mal à trouver le retour de la Dame de Pique lorsqu’il prenait la main à Cœur.

Sur l’entame à Cœur, c’était plus compliqué car il devait choisir entre ses deux Dames noires. Un bon raisonnement lui permettait néanmoins de trouver, justement pour expliquer qu’on n’avait pas entamé à Pique.

Professeur agréé par la F.F.B, Marc Kerlero enseigne le bridge depuis 1980. Il est l'auteur de 15 ouvrages, dont plusieurs best-sellers et a été rédacteur en chef d'Objectif 13 puis de Bridgerama. Il collabore aujourd'hui aussi à Jouer Bridge. Il a été champion d'Europe junior en 1984, vice-champion de France de division nationale I en 2004, champion de France de division nationale II par quatre en 2014 et vainqueur de la Coupe de France en 2019.