Cherchez les Dames

Cherchez les Dames !

Où sont les Dames ?

A Amsterdam, dit la chanson, mais le bridgeur, lui, doit plutôt chercher ces dignes représentantes de l’espièglerie féminine vers l’Est ou vers l’Ouest.

Elles y seront parfois bien cachées mais, comme toutes proies qui, finalement, désirent secrètement se faire attraper, elles laisseront souvent quelque indice à l’intention du traqueur malin, ne serait-ce qu’une légère mais subtile et envoûtante trace de parfum dans leur sillage…

En chasse !

Examinons tout d’abord, histoire de se dégourdir un peu les jambes avant d’attaquer les choses sérieuses, le cas hyper-classique du poseur de collet.

Plutôt que de courir derrière sa proie, il attend qu’elle tombe dans son piège :

A83
RV4
76
96542
5
A103
AD
ARDV1087
ONES
2
-2♠-3♣
-4♣-4SA
-5-6♣
fin

Entame : Dame de ♠

2 : forcing de manche.
2♠ : un As.
5 : un Roi.

Il y a encore quelques années, ce coup n’aurait présenté aucune difficulté puisqu’il était bien connu que «la Dame suit le Valet». N’importe quel déclarant aurait donc réalisé douze ou treize levées suivant l’emplacement du Roi de Carreau.

De nos jours, ce sont souvent les ordinateurs qui se chargent de la distribution des cartes et ces machines sans âme n’ont aucune fiabilité.

Vous voici donc obligés de vous en remettre à votre bonne étoile pour trouver la Dame de Cœur (inutile de vous préciser que l’impasse à Carreau rate).

Tout le monde n’ayant pas eu la chance de voir une bonne fée se pencher sur son berceau… admettons que vous devinerez bien une fois sur quatre (les impasses réussissent une fois sur deux uniquement pour les autres).

En fait, que vous ayiez gagné ou chuté, vous n’avez pas joué au mieux car, avec un minimum de préparation (lumière tamisée, champagne et musique douce), la gente demoiselle ne pouvait faire autrement que de vous tomber dans les bras :

As de Pique, Pique coupé, Trèfle pour le 9, Pique coupé, As de Carreau et Dame de Carreau. La défense prend et doit rejouer Cœur ou en coupe et défausse.

Technique

Malheureusement, tout ne sera pas toujours aussi facile et vous aurez souvent à manœuvrer la couleur cruciale vous-même. Prenons un exemple :

R543
654
AV6
RD5
AV107
V82
RD5
A97
ONES
1♣-1♠
-2♠-4♠
fin

Entame : Roi de ♥ 

La défense encaisse les trois premières levées, dévoilant Roi-Dame de Cœur à gauche et l’As à droite, puis rejoue lâchement Trèfle.

Une analyse succinte de la situation pourrait laisser croire que Sud doit «deviner» la place de la Dame de Pique, mais c’est faux :

– s’il tente l’impasse «forçante» contre Ouest (As, puis Valet laissé courir), il ne gagnera son contrat qu’avec une Dame sèche, seconde ou troisième en Ouest (ou sèche en Est). Avec la Dame quatrième, Ouest réalisera forcément son 8 ou son 9.

– en revanche, si Sud joue le Roi de Pique, puis petit vers son 10, il gagne aussi avec la Dame quatrième, puisqu’il peut réitérer l’impasse si Ouest défausse.

 

Dans le même registre, comment manier la couleur suivante, pour prendre le maximum de chances d’y réaliser cinq levées ?

R94

AV1085

Le Roi (pour une Dame sèche), puis le 9 laissé filer.

On vient ainsi à bout d’une Dame quatrième à droite. Pour la capturer quatrième à gauche, il faudrait tenter l’impasse directe, sans coup de sonde, s’exposant ainsi à perdre une Dame sèche en Est.

Plus subtil :

 AV84

 R1052

La position a l’air symétrique mais elle ne l’est pas tout à fait.

Si la couleur est partagée 3-2, vous pouvez effectivement faire l’impasse dans les deux sens.

Cependant, la présence du 8 vous permet de lutter contre D9xx à votre gauche mais pas à votre droite, faute du 7 !

Il convient donc d’encaisser le Roi, puis de présenter le 10 : si Ouest couvre, on prend de l’As et, si Est défausse, il reste la fourchette V8 pour capturer le 9.

Et même, tant qu’on y est :

 AV74

 R1052

Là aussi, il faut jouer le Roi, suivi du 10.

Il n’y a rien à faire contre D98x quelque part, mais avec le 8 ou le 9 sec à droite, la position devient équivalente à la précédente.

 Savoir réfléchir avant d’appliquer une recette

Vous connaissez certainement la règle «pas d’impasse à la Dame avec neuf cartes».

C’est bien mais, ce qui est encore mieux, c’est de savoir d’où elle vient pour reconnaître les cas où ne pas l’appliquer s’impose.

Il s’agit uniquement de calculs a priori, en l’absence de tout contexte, indiquant environ 51,5 % de chances de réussite pour le jeu en tête.

Très souvent, des éléments extérieurs peuvent amener un déclarant attentif à préférer l’impasse. Exemple :

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Seulement 40 € par an !
Soit à peine plus de 3 € par mois.

Accédez à tous les contenus d'Amour du Bridge en illimité.

Renouvellement automatique et sécurisé !

Professeur agréé par la F.F.B, Marc Kerlero enseigne le bridge depuis 1980. Il est l'auteur de 14 ouvrages, dont plusieurs best-sellers et a été rédacteur en chef d'Objectif 13 puis de Bridgerama. Il a été champion d'Europe junior en 1984, vice-champion de France de division nationale I en 2004 et champion de France de division nationale II par quatre en 2014.