Chatiment

Châtiment

Je ne suis pas qualifié pour désigner le meilleur bridgeur de tous les temps, bien sûr… mais si vous demandez qui c’est à Paul Chemla, il vous répondra que c’est lui, bien évidemment !

Mais comme il est incontestablement le bridgeur qui a le plus d’esprit et le plus grand sens de l’humour, et cela, personne ne peut le lui contester, allez savoir à quel degré il faudra interpréter sa malicieuse réponse !

A tout Seigneur tout honneur, je vais donc inaugurer cette nouvelle rubrique par l’une de ses réparties et, comme elles sont nombreuses, je vous en ferai part petit à petit dans ces colonnes. Je ne vous les livre pas toutes d’un coup : à vous de deviner si c’est par sadisme de ma part ou pour ménager votre rate.

Peut-on imaginer un vrai sens de l’humour sans un minimum de cruauté ? Pas sûr, hein ?

Et comme cet immense champion qu’est Paul Chemla est vraiment doué de ce côté-là (je parle de l’humour, pas de la cruauté !), il est inévitable que ses cibles privilégiées soient d’autres bridgeurs, plus ou moins connus et célèbres. Certains se reconnaîtront peut-être dans ces colonnes même s’ils ne seront évidemment pas explicitement nommés.

Comme je ne veux pas non plus me faire d’ennemis, je vais commencer par vous raconter une anecdote dont je suis moi-même la victime. Au moins, là, je suis sûr de ne pas recevoir de plainte !

La scène se passe en 1983, lors des championnats du marché commun (épreuve qui n’existe plus, évidemment). Je fais partie de l’équipe de France junior et Chemla de l’équipe open. Provisoirement mis sur la touche par son capitaine, Paul vient s’asseoir derrière moi dans le match qui nous oppose aux Pays-Bas. Quand on a 24 ans et qu’on dispute sa première épreuve internationale, croyez-moi, c’est assez impressionnant de jouer sous l’œil impitoyable d’un champion du monde. Les pantoufles de vair de Cendrillon, ce sont des gros sabots à côté de mes tout petits petits souliers…

Première donne du match. Voici ma main (je ne garantis pas les petites cartes) et la séquence :

Ouest
  • 8642
  • 5
  • 632
  • AV942
ONES
112SA
-3SAfin

La couleur d’intervention du partenaire ou votre propre et belle couleur cinquième ?

Pas évident, hein ?

Toujours est-il qu’après quelques secondes de réflexion, je me décide pour un petit Trèfle, en espérant chez mon partenaire (Jacques Bonnet, qui a depuis longtemps cessé de jouer au bridge, mais pas à cause de cette donne, du moins j’espère !), le Roi de Trèfle ou la Dame et une reprise… voire même parfois le 10 de Trèfle s’il y a RDx en Sud ou un honneur second au mort.

La main d’Est :

Est
  • 9753
  • RDV109
  • A75
  • 3

Inutile de vous dire que mon entame n’a pas connu un franc succès : le déclarant a fait le 10 de Trèfle, a délogé l’As de Carreau de mon partenaire et a fini à dix levées, alors que nous pouvions facilement encaisser moins 2 sur l’entame à Cœur.

A la fin de la donne, je me sens penaud :

  • « Excuse-moi, Jacques, mais tu comprends, avec mon singleton à Cœur et mes beaux Trèfles… désolé. »

Mais avant même qu’il ne puisse me répondre (et m’absoudre ?), Paul Chemla s’adresse à lui :

  • « Mais c’est entièrement votre faute, aussi ! Vous n’aviez qu’à intervenir à 1 ! »

Et là-dessus, le grand Paul se lève, hilare, et va kibbitzer l’épreuve Dames, l’air du type qui en a assez vu et qui pense visiblement : je reviendrai dans dix ans voir si vous avez fait des progrès !

Vous imaginez ma déconfiture… Mais, d’un autre côté, cette donne m’a servi de leçon et, depuis ce jour, quand je n’entame pas dans la couleur d’intervention de mon partenaire contre 3SA, c’est que j’y possède une chicane !

Professeur agréé par la F.F.B, Marc Kerlero enseigne le bridge depuis 1980. Il est l'auteur de 14 ouvrages, dont plusieurs best-sellers et a été rédacteur en chef d'Objectif 13 puis de Bridgerama. Il a été champion d'Europe junior en 1984, vice-champion de France de division nationale I en 2004 et champion de France de division nationale II par quatre en 2014.