L’entame contre les chelems

L’entame contre les chelems

En match par quatre, le «poids» des chelems est énorme : une mauvaise entame contre un petit chelem vulnérable et c’est 17 imp’s qui s’envolent si vos partenaires ont chuté le chelem de l’autre côté, voire 26 s’ils se sont contentés de la manche (13 imp’s perdus, au lieu de 13 gagnés). Dans un match équilibré par ailleurs, il est bien difficile de s’en remettre !

En tournoi par paires, toutes les donnes ont la même valeur : réaliser une levée de plus que tous les autres au contrat de 2 rapporte autant que d’être les seuls à déclarer 7SA. Néanmoins, l’impact psychologique des chelems est indéniable.

Contre un chelem, la défense étant censée ne pas prendre la main cinquante fois lors du coup, le choix de l’entame se révèle encore plus primordial que d’habitude. Il est donc important de connaître les principes de base… suffisamment bien pour savoir diagnostiquer les cas où il ne faudra pas les appliquer !!

Bien entendu, l’entame constituant le compartiment le plus statistique du bridge, la politique du résultat sera la plus mauvaise des conseillères…

Les petits chelems à la couleur

Vous savez tous que pour mener à bien un contrat à l’atout, le déclarant dispose de trois plans de jeu principaux :

  1. Couper ses perdantes de la main courte en atout.
  2. Défausser ses perdantes sur des «extra-gagnantes» du mort.
  3. Tenter des impasses.

L’expérience montre que c’est le second le plus fréquemment employé et que cette affirmation se vérifie encore plus au niveau du chelem, sauf lorsque les deux mains adverses sont régulières (on aura alors le plus souvent affaire à un jeu d’impasses).

D’autre part, lorsque vos adversaires déclarent 6♠ et non pas 7, il est raisonnable d’espérer que votre camp dispose d’une levée légitime.

Le rôle de l’entameur sera donc, le plus souvent, d’essayer d’affranchir une seconde levée, que la défense pourra encaisser lorsqu’elle prendra la main à sa levée naturelle.

On entamera donc volontiers sous les Rois ou sous les Dames (des couleurs non nommées naturellement par l’adversaire).

Ouest
  • A84
  • R942
  • 10985
  • 76
ONES
1♠
-2♣-2♠
-3♠-4♣
-4-4
-4SA-5
-6♠fin

Les enchères adverses dévoilent un plan de jeu très probablement basé sur l’exploitation des Trèfles. Votre meilleur espoir de chute repose donc sur la possibilité de disposer d’une carte maîtresse, lorsque vous prendrez la main à l’atout, et les perspectives sont clairement meilleures à Cœur qu’à Carreau, puisque la Dame en Est suffit et que même le Valet fera parfois l’affaire (si Sud possède la Dame au mort, le 10 quelque part et «se trompe»). Vous devez donc sélectionner le 4 de Cœur.

D762
V7
AV
ADV105
A84
R942
10985
76
3
D10863
D432
984
RV1095
A5
R76
R32

Bien sûr, vous ferez parfois cadeau de la Dame de Cœur, mais dites-vous bien qu’il est probable que, sur une entame «neutre», vous n’auriez jamais fait votre Roi, les Cœurs du déclarant (Dame comprise) ayant disparu sur les Trèfles du mort :

D762
D7
A4
ADV105
A84
R942
10985
76
3
V10863
DV32
984
RV1095
A5
R76
R32

Contrairement aux apparences, l’entame sous le Roi de Cœur ne file rien, Sud réalisant toujours exactement douze levées quoi qu’il arrive.

Changeons la séquence adverse :

Ouest
  • A84
  • R942
  • 10985
  • 76
ONES
2SA
-3♣-3♠
-6♠fin

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Seulement 40 € par an !
Soit à peine plus de 3 € par mois.

Accédez à tous les contenus d'Amour du Bridge en illimité.

Renouvellement automatique et sécurisé !

Professeur agréé par la F.F.B, Marc Kerlero enseigne le bridge depuis 1980. Il est l'auteur de 14 ouvrages, dont plusieurs best-sellers et a été rédacteur en chef d'Objectif 13 puis de Bridgerama. Il a été champion d'Europe junior en 1984, vice-champion de France de division nationale I en 2004 et champion de France de division nationale II par quatre en 2014.